Plantation d'Aquilaria en Malaisie

Au sein de la forêt tropicale existe une espèce particulièrement remarquable : l’Aquilaria. Remarquable, oui, mais pas tant pour les qualités de l’arbre lui-même que pour ce qu’il sécrète sous son écorce.

L’aquilaria, produit un duramen riche et résineux nommé « Bois d’agar », également connu sous le terme « Bois des dieux ». Cet arbre était à l’origine présent dans toute l’Asie du Sud-Est et le bois d’agar qui en est tiré est commercialisé dans le Monde depuis des siècles, notamment au Moyen-Orient et en Chine. Le bois d’agar se forme dans l’aquilaria lorsque ce dernier est infecté par un certain type de champignon.

Avant l’infection, le duramen est relativement transparent et de couleur pâle. Lorsque l’infection progresse, l’arbre produit une résine aromatique noire en réponse à l’attaque du champignon. Le duramen devient alors très dense, foncé, et résineux. Le duramen obtenu (connu sous différentes appellations : ganaru, djinko, bois d’aloès, bois d’agar, calambac, bois d’aigle et oud) est très recherché dans de nombreux pays.

Extrait de l’arbre, il peut être travaillé de deux manières : transformé en poudre de bois puis brûlés pour diffusion de parfum, soit distillé pour produire de l’huile d’oud. Le parfum qui en résulte est très apprécié et fortement demandé.

Depuis des millénaires, ce bois résineux est brûlé sous forme d’encens pendant la méditation ou la prière. Selon certaines croyances, il aiderait l’homme à prendre davantage conscience de son être et à parvenir à une forme de paix intérieure.

De nombreuses confessions (bouddhistes, musulmans, hindous, taoïstes et chrétiens) considèrent que le bois d’agar est une des matières les plus précieuses qui soient. L’encens à base de bois d’agar aurait des vertus calmantes et favorisant l’énergie corporelle ou « chi », comme on l’appelle souvent. Il est également très utilisé dans la médecine traditionnelle chinoise et dans la médecine malaisienne. Son parfum agréable est apprécié dans le monde entier depuis la nuit des temps.

L’offre et la demande

Les premières commercialisations connues du bois d’agar datent du 13e siècle. Le marché du bois d’agar s’est considérablement développé en Chine, au Moyen Orient et aux Etats-Unis.

La croissance de la population, accompagnée du fort développement des marchés clés que sont la Chine, le Japon,

Taïwan et le Moyen Orient , ont participé à l’explosion de la demande en bois d’agar au cours de ces 30 dernières années.

Decouvrez les images de notre voyage à la découverte de l'huile d'Oud et les bois d'Agar

 

Pour plus d'information cliquez sur le lien ci-dessous

Information complémentaires Bois d'Agar - Oud par e-mail