Au mois de janvier est née l'association des futur retraités. En tant que membre de l'association profité des avantages sur nos préstations.
-----

Prévoyance vieillesse 2020

De quoi s'agit-il?

Les femmes et les hommes vivent toujours plus longtemps et profitent donc aussi de leur prévoyance vieillesse plus longtemps. Cela pose de grands défis au système de prévoyance vieillesse. Il est impératif d’assurer son financement à long terme, en prenant les mesures qui s’imposent pour équilibrer durablement ses recettes et ses dépenses, afin que les générations futures bénéficient elles aussi de ces assurances sociales.

Où en sommes-nous

La réforme devrait entrer en vigueur déjà en 2018. Cela permettrait de maintenir le taux de TVA à son niveau actuel et donc d’éviter pour l’économie des coûts élevés liés aux changements de taux. Afin que le calendrier puisse être tenu, la votation sur la réforme doit avoir lieu au plus tard le 24 septembre 2017.

  • De manière générale, dans quelle mesure les assurances et les institution offrent-elles de la sécurité pour votre retraite?
  • Les gens s’inquiètent de plus en plus de leur situation financière à la retraite, craignant que l’épargne accumulée pendant la vie professionnelle ne suffise pas pour couvrir leurs besoins. Quelle est votre estimation?
  • Beaucoup de jeunes s’intéressent à peine à la prévoyance vieillesse. Mais la hausse de l’espérance de vie n’est-elle pas comme une épée de Damoclès au-dessus de leur tête? Ne risquent-ils pas de recevoir un jour seulement une partie de ce qu’ils ont épargné?
  • Les travailleurs salariés sont obligatoirement assurés. Les travailleurs indépendants ne le sont pas, ils doivent prendre toutes les précautions eux-mêmes. À quoi faut-il penser primairement?
  • La réforme en cours du 2e pilier durcit les conditions pour recevoir la retraite. Vaut-il la peine, dans cette situation, de continuer à cotiser au-delà de ce qui est obligatoire? Réponses d’experts et de jeunes retraités.
  • Lorsque s’annonce le virage de la cinquantaine, une idée fait graduellement son chemin. Insensiblement d’abord. Puis de manière insistante, voire obsessionnelle: de quoi sera faite ma retraite? Comment vivrai-je? Pourrai-je maintenir mon pouvoir d’achat? Garder mon logement? Ma voiture? Pourrai-je toujours partir en vacances? Comment serai-je imposé? «Une retraite se planifie avec dix à quinze ans d’avance». Une planification bousculée par la réforme de la prévoyance, en plein chantier à Berne.
  •  
  • Avec ses révisions, parfois déchirantes, des modes de calcul des retraites, cette refonte force chacun à s’interroger sur son avenir. Peut-on encore compter sur les promesses de son 2e pilier? Vaut-il toujours la peine de cotiser plus que le strict nécessaire, par exemple en «rachetant des années» pour élever ses rentes futures? Faut-il au contraire placer son argent ailleurs? Evidemment dans l’hypothèse où on en aurait les moyens, ce qui présuppose de disposer d’un bas de laine ou la possibilité d’en constituer un. Et, bien sûr, de conserver son emploi.